Moustiques

Classification


photo:
James Gathany
Famille Culicidae
Les moustiques font partie de l’ordre des diptères qui comprend également les mouches, mouches à chevreuil, etc.

Le nom maringouin donné au moustique serait emprunté de langues de tribus brésiliennes.

On compte 52 espèces de moustiques au Québec dont une trentaine piquent les humains, 74 espèces au Canada et environ 3000 dans le monde.


Description

Petites mouches délicates, généralement de 6 mm de longueur ou moins, avec de longues pattes et un appareil buccal pointu et allongé. Les moustiques possèdent une seule paire d’ailes, dont les nervures ou les marges sont couvertes d’écailles et de soies sensibles aux variations de température et d’humidité de l’air.

Les antennes sont plumeuses chez les mâles et pourvues de courtes soies chez les femelles.

Les larves, sortes de vers grouillants, et les nymphes, en forme de virgules, sont aquatiques.


Cycle vital
La métamorphose est complète, c’est-à-dire que les moustiques passent par quatre stades au cours de leur vie : l’oeuf, la larve, la nymphe et l’adulte.

La femelle dépose de 50 à 300 oeufs de forme allongée à la surface d’un plan d’eau stagnante, ou sur un sol humide. La ponte peut s’étaler sur une période de plusieurs heures à quelques jours. Selon la température de l’eau, la durée du développement de l’embryon, dans l’oeuf, va varier. Mais une fois les bonnes conditions de température et d’humidité rencontrées, il ne faudra que quelques jours pour qu’une jeune larve de 1,5 à 2 mm de longueur sorte de l’oeuf.

Au cours de sa croissance, la larve va muer 4 fois. Une fois sa croissance achevée, la larve mue une dernière fois et se transforme en nymphe, étape de la métamorphose qui dure de 2 à 3 jours.L’adulte qui émerge alors est prêt pour entreprendre sa vie terrestre.

Les moustiques adultes peuvent vivre d’une semaine à plus de trente jours. Les femelles vivent plus longtemps que les mâles, ces derniers mourant peu après l’accouplement. Chez certaines espèces, les femelles accouplées hivernent dans les creux des arbres, les terriers, les caves, etc.

Oeufs Larve Nymphe

Habitat
Les moustiques sont présents sur tous les continents, à l’exception de l’Antarctique.On les retrouve tant en milieux naturels qu’urbains. Les larves peuplent les milieux formés d’eau douce stagnante et peu profonde. Il peut s’agir d’étangs, marécages, trous d’eau provisoires, contenants divers remplis d’eau de pluie, etc.

Alimentation
L’ appareil buccal des moustiques mâles et femelles permet d’aspirer la sève et le nectar des plantes. La femelle, dont la trompe est plus rigide que celle du mâle, peut percer la peau d’un animal, y injecter de la salive et aspirer une petite quantité de sang. Elle a besoin du sang d’un hôte pour assurer le développement de ses oeufs. Les moustiques ne cherchent pas à piquer de préférence les êtres humains. Selon le milieu où elles vivent, les hôtes peuvent varier car les femelles cherchent à piquer les animaux qui les entourent. Dans les régions tempérées, comme au Canada, la femelle pique généralement une seule fois. Après avoir pris son repas de sang, la femelle doit se reposer et digérer. Les éléments nutritifs absorbés assureront le développement de ses oeufs.

Les larves de moustiques filtrent l’eau et se nourrissent de bactéries, de champignons et d’algues microscopiques.


À la recherche d’un hôte

La femelle est tout d’abord attirée par les mouvements et les formes d’un hôte. Après s’en être approchée, certaines couleurs vont l’attirer particulièrement (du bleu à l’orangé chez certaines espèces).

Les yeux des moustiques sont sensibles aux radiations infrarouges. La femelle peut être guidée par ces radiations vers les animaux à sang chaud.

L’attraction se poursuit quand la femelle perçoit l’odeur de substances chimiques, comme le gaz carbonique, que l’hôte dégage en respirant. Finalement, des odeurs émises par l’hôte, comme celle de la transpiration, stimule le moustique à piquer.


Communication
De deux à quatre jours après leur sortie de l’eau, les moustiques partent en quête de partenaires sexuels.

Les femelles peuvent attirer des mâles par des signaux. Les battements de leurs ailes créent des vibrations sonores reconnaissables (de 200 à 400 battements par seconde) et des glandes spéciales libèrent des phéromones sexuelles.

Les antennes des moustiques portent de petites soies sensitives servant à détecter les substances chimiques présentes dans l’air. Les soies présentes sur les antennes des mâles sont plus nombreuses et bien étalées, un avantage lorsqu’il faut capter les messages chimiques présents dans l’air, envoyés par les femelles.

Les antennes sont aussi dotées d’un organe de Johnston formé de soies spéciales qui permettent de percevoir des ondes sonores, comme celles produites par le battement d’ailes d’autres insectes. Ainsi, c’est le bruit produit par la vibration des ailes d’une femelle qui incite un mâle à la rejoindre pour l’accouplement. Les signaux émis par les femelles varient d’une espèce à l’autre, ce qui permet aux mâles de reconnaître une partenaire de sa propre espèce.

Source principale: Bourassa, Jean-Pierre. 2000. Le Moustique, par solidarité écologique. Boréal.


Lexique

Muer : un insecte mue en se débarrassant de sa peau devenue trop petite pour lui permettre de croître. Après la mue, une nouvelle peau légérement extensible se reforme.

Phéromone : produit chimique libéré par un animal et ayant des effets sur le comportment de ses congénères.

Radiations infrarouges : les ondes qui sont produites lorsqu’un corps animal dégage de la chaleur.


La Maison des insectes - http://www.seq.qc.ca/mdi